Cute woman, crude language

L’argot dans le contenu marketing

par Cam's Writing

L’usage de l’argot dans le marketing

Être copywriter ne signifie pas toujours écrire dans un français parfait en suivant avec attention les règles de grammaire apprises à l’école. Au contraire, de nos jours, il arrive souvent que les rédacteurs prennent des libertés, utilisant des mots d’argot et des tournures de phrases familières.

Mais jusqu’où peut-on aller ? À quel point peut-on être familier lorsque l’on rédige du contenu marketing ? Devez-vous vraiment vous adresser à vos clients comme si vous parliez à vos potes ?

Quand et comment utiliser l’argot ?

Commençons par définir ce que l’on entend par « argot ». Selon Wikipédia, l’argot est un « langage ou vocabulaire particulier qui se crée à l’intérieur de groupes sociaux ou socio-professionnels déterminés et par lequel l’individu affiche son appartenance au groupe et se distingue de la masse des sujets parlants ». Bien que familier, ce langage n’est pas forcément vulgaire pour autant. Il faut aussi noter qu’il est en constante évolution. Certains mots d’argot sont passés dans le vocabulaire courant et nous les utilisons tous les jours sans même nous en rendre compte.

Devriez-vous alors l’utiliser dans le contenu que vous rédigez ? La réponse est simple : tout dépend de votre cible. Si, par exemple, vous donnez des conseils financiers ou si vous vendez du matériel médical, il vaut peut-être mieux éviter l’argot et le registre familier. En revanche, si vous rédigez du contenu marketing pour une société vendant des gadgets rigolos ou des produits de beauté pour jeunes adultes, vous pouvez sûrement vous permettre d’écrire comme vous parlez.

En vous adressant à vos clients potentiels dans un langage qui est le leur, vous avez plus de chance que votre message soit accepté. Cela crée un sentiment d’appartenance à une communauté, une même tribu. Et non, ceci n’est pas une ruse, juste un conseil à l’efficacité prouvée. Selon le contexte, utiliser des mots d’argot et un langage informel peut aussi aider à rendre votre marque plus accessible.

Les dangers de trop de familiarité

Si utiliser l’argot peut parfois être une bonne idée, écrire comme on parle peut aussi être risqué. Ce serait dommage d’aliéner ou d’offenser une partie de votre cible parce que vous avez été trop familier. C’est d’ailleurs pour ça qu’il est vraiment important de bien connaître vos clients et leurs attentes.

L’argot ne peut pas non plus être utilisé dans tous les types de contenu. Même si vous l’employez dans vos newsletters, sur votre site web ou dans vos posts pour les réseaux sociaux, vous devrez quand même adopter un ton plus formel dans vos termes et conditions par exemple. Cela est valable partout. Certaines formes de communication requièrent un contenu léger, engageant et informel, et d’autres nécessitent d’adopter un ton sérieux, fiable et professionnel.

Il existe un autre risque lié à l’utilisation de l’argot, et celui-ci est valide quelle que soit votre cible : le fait qu’il devienne très vite obsolète. Si vous écrivez pour des ados ou de jeunes adultes et que vous essayez d’employer le même vocabulaire qu’eux, assurez-vous d’être bien à jour et au courant des dernières expressions. Ou limitez-vous à l’utilisation d’un français simple et facile à comprendre pour éviter le ridicule.

Au-delà de l’argot

Écrire comme on parle va bien au-delà de l’utilisation de l’argot. Cela signifie également prendre parfois des libertés avec les règles de grammaire et d’orthographe pour rendre un texte plus accrocheur. Tout comme les jeux de mots, les fautes intentionnelles sont à utiliser avec prudence et parcimonie. Il en va de même pour les néologismes, par exemple le fait d’utiliser le nom d’une marque comme si c’était un verbe.

Il existe une autre évolution du langage que l’on retrouve beaucoup en publicité et marketing et qui relève presque de l’argot. Il s’agit de l’utilisation de mots anglais, dans leurs versions originales ou francisés. Parce qu’ils font partie de ce que certains appellent « le langage des jeunes » et relèvent souvent d’un registre familier, les mots anglais peuvent être considérés de la même façon que les mots d’argot.

Enfin, on ne peut pas parler de contenu digital sans mentionner les émojis, aussi appelés émoticônes. Sans être des mots ni de simples signes de ponctuations, ces petites images ont envahi le langage écrit des jeunes générations nées (ou presque) avec un smartphone dans la poche. Là aussi, il faut être prudent, car leurs significations évoluent rapidement et changent selon le groupe auquel on s’adresse. La pire des maladresses serait par exemple d’utiliser l’émoji aubergine pour vanter les mérites d’une moussaka.

 
Chez Cam’s Writing, nous n’écrivons pas seulement en français et en anglais. Nous avons aussi une connaissance approfondie des habitudes et de la culture des Français et des Britanniques. Nous maîtrisons donc aussi bien le « slang » que l’argot.
Vous souhaitez en savoir plus sur les services que nous proposons ? N’hésitez pas, contactez-nous.