Two robots reading and writing
Photo par Brett Jordan sur Unsplash

Intelligence artificielle et copywriting

par Cam's Writing

Les machines finiront-elles par remplacer les copywriters ?

Les experts en informatique et intelligence artificielle font chaque jour d’incroyables progrès. Par conséquent, certains professionnels commencent à se demander combien de temps il leur reste avant d’être remplacés par des machines.

Dans les domaines de la rédaction et de la localisation de contenu, cette question est particulièrement pertinente. Toutefois, si vous imaginez un robot de type Terminator tapant sur un clavier d’ordinateur, on vous arrête tout de suite. L’objectif de cet article est de distinguer la réalité de la (science) fiction. Qu’appelle-t-on intelligence artificielle ? Où en est-on en 2020 ? Que peut-on prévoir pour les années à venir ? On fait le point.

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ?

Le terme « intelligence artificielle » a deux définitions : c’est un domaine de recherche établi en 1956, alliant sciences cognitives et informatique, mais c’est aussi la capacité d’un ordinateur à réaliser des tâches communément associées à un être intelligent.

De nos jours, les mots « intelligence artificielle » sont souvent utilisés à tort et à travers. Le concept d’IA est devenu un argument marketing fort, mais souvent mal compris. Ainsi, certains services et produits présentés comme de l’IA sont en réalité de simples programmes capables de répéter une tâche, mais sans démontrer la moindre trace d’intelligence.

Si l’intelligence artificielle est déjà couramment utilisée dans de nombreux domaines, les robots intelligents comme on en voit dans les films relèvent encore de la science-fiction. Certains chercheurs rêvent de créer des machines capables de simuler les fonctions cognitives du cerveau humain, des machines qui pourraient apprendre toutes sortes de choses et résoudre toutes sortes de problèmes. Ce concept est appelé « l’intelligence artificielle forte ». Elle n’existe pas encore et pourrait bien ne jamais exister.

En revanche, l’intelligence artificielle « faible » ou « étroite » est déjà présente dans nos vies. Nous utilisons déjà de nombreux outils, programmes et systèmes basés sur l’intelligence artificielle et limités à un domaine d’activité très précis comme jouer aux échecs ou conduire une voiture.

Apprentissage et traitement automatique du langage naturel

Le traitement automatique du langage naturel (TALN) est un sous-domaine de l’intelligence artificielle, mêlant linguistique et informatique. Son but est de permettre aux machines de lire, d’interpréter et de traiter les langages humains. Nous avons parfois tendance à l’oublier mais, avant qu’une machine puisse écrire, il faut qu’elle soit capable de comprendre le langage et ses nuances. Cela commence par l’apprentissage automatique (ou « machine learning » en anglais).

Un programme peut « écrire » sans pour autant relever de l’intelligence artificielle. Par exemple, les anciens chatbots (aussi appelés agents conversationnels), qui ne faisaient que suivre un script pré-déterminé, étaient capables de répondre par écrit aux questions des utilisateurs, sans pour autant être intelligents.

Avec le développement de l’apprentissage automatique, les ordinateurs peuvent apprendre de nouvelles choses et améliorer leur capacité à effectuer une tâche sans avoir besoin d’être reprogrammés pour cela. En d’autres termes, on « enseigne » aux machines en leur procurant énormément de données à analyser et, à partir de là, elles peuvent déterminer des schémas statistiques et « apprendre » par elles-mêmes.

Cette technologie est déjà largement utilisée dans des domaines comme la reconnaissance faciale ou vocale, les filtres antispams, les recommandations de produits pour les achats en ligne et bien d’autres encore. L’avènement de l’apprentissage automatique explique également les progrès impressionnants auxquels on assiste dans les domaines de la traduction et de la rédaction de contenu.

Où en sommes-nous concernant l’intelligence artificielle ?

De nouveaux outils et systèmes de traduction automatique sont régulièrement lancés et certains sont vraiment efficaces. Les ordinateurs deviennent experts en traduction de contenu, qu’il s’agisse de textes ou de dialogues. L’un des exemples les plus récents est le nouveau modèle M2M-100, lancé par Facebook en octobre 2020 et capable de traduire une centaine de langues sans avoir besoin de passer par l’anglais.

Puisque les machines parlent désormais couramment toutes les langues, ou presque, elles peuvent nous aider à écrire. Qu’il s’agisse de simples correcteurs d’orthographe ou de logiciels d’aide à l’écriture capables de suggérer différentes façons de formuler une idée, ces outils utilisent l’intelligence artificielle pour améliorer leur précision et leur efficacité. Vous pouvez même aujourd’hui utiliser l’IA pour vous assurer qu’un texte colle à votre ligne éditoriale. Écrire sans faire de fautes est désormais facile avec l’aide des machines. Plus encore, les machines deviennent meilleures que les humains en termes de grammaire, d’orthographe et de règles de ponctuation.

L’intelligence artificielle n’est pas seulement utilisée pour traduire ou corriger les fautes. On l’emploie déjà pour générer toutes sortes de contenu : articles de blogs, actualités et même fiction. Il est important de noter qu’on parle bien ici de « générer » du contenu, et non de le « rédiger ». Selon le sujet ou les mots-clés demandés, ces systèmes se contentent de rassembler des informations existantes et de les reformuler pour créer un nouveau texte.

Les copywriters devraient-ils commencer à s’inquiéter ?

Pour faire court, la réponse est non.

Comme nous l’avons mentionné, l’intelligence artificielle est un concept tendance. Si l’idée de contenu créé par une intelligence artificielle éveille l’intérêt, c’est surtout une question de curiosité. L’argument « Écrit par une machine » perdra de sa valeur s’il est utilisé par tout le monde. Enfin, il faut noter que les contenus créés par des programmes sont généralement revus et corrigés par des rédacteurs.

L’IA va continuer de se développer et sera de plus en plus présente dans nos vies. Mais cela ne veut pas dire qu’elle finira par nous remplacer. Pour les copywriters, l’utilisation de l’intelligence artificielle va modifier le travail au quotidien. L’attention sera moins portée sur l’orthographe et la grammaire, plus sur la créativité, le ton et le style d’écriture.

Créativité et empathie sont deux qualités essentielles pour un copywriter. L’objectif du contenu marketing est de déclencher des émotions, un concept qui ne veut rien dire pour un ordinateur. Même la meilleure intelligence artificielle (étroite) n’aura jamais de bon sens, ni le sens de l’humour. Les machines peuvent raconter des blagues, mais elles ne les comprennent pas. Pour le moment, et probablement pour toujours, l’intelligence artificielle ne peut dépasser le niveau des hommes qui l’ont créée.

Dans les années à venir, le métier de concepteur-rédacteur va évoluer grâce aux machines. Les capacités incroyables des programmes informatiques vont continuer de se développer. Mais les marques auront toujours besoin de copywriters en chair et en os pour réussir leur marketing de contenu, pour ajouter ce petit « je-ne-sais-quoi » propre aux humains.

 

Chez Cam’s Writing, nous sommes conscients des progrès de la technologie. C’est d’ailleurs pour cela que nous nous tenons au courant.
Nous sommes aussi dévoués qu’un T-800, plus audacieux que Pepper et beaucoup plus sympas que Tay. Alors, si vous avez un projet impliquant contenu marketing et intelligence artificielle, contactez-nous. Nous serions ravis d’y participer !